“La personne de chacun, dans ses besoins matériels et spirituels, est au centre de l’enseignement de Jésus : c’est pour cela que la promotion de la personne humaine est le but de l’école catholique”.

Chaque établissement a ses propositions propres mais le service pastoral de la DIDEC a vocation à encourager, à accompagner les chefs d’établissements et leurs équipes, à proposer une présence encourageante, des outils ajustés à chacun en fidélité aux orientations nationales et diocésaines, des moyens de ressourcement et de formation, à vivre des temps de prière et de célébration, de faire vivre un réseau de personnes passionnées par leur mission éducative auprès des jeunes au nom du Christ.

L’organisation des DIDEC en inter-diocèses veut permettre des moments communs à tous tout en vivant selon les orientations particulières à chacun des diocèses.

Au service des établissements, trois adjoints aux directeurs inter-diocésains sont là pour accompagner ceux-ci dans la mission pastorale qu’ils ont reçue des Évêques. Ils sont en effet garants auprès d’eux de la réalité du caractère propre des établissements : il est donc nécessaire que la visibilité chrétienne soit réellement manifestée et vécue.

C’est l’enjeu et le défi que nous avons à vivre en fidélité, enthousiasme et dynamisme.

 

Adjoint en Pastorale : Monsieur Jean Christophe Bobin – 2 rue Edouard Branly- 51500 Taissy- Tel : 06.59.81.74.50. jc-bobin@educatho.fr

Animation pastorale

Quatre axes de l'animation pastorale (L'APS, CNEC, 9/11/2007)

1 – Faire de l’école un lieu d’éducation animé par l’esprit évangélique

C’est au cœur même de sa mission d’enseignement et d’éducation que l’établissement catholique accomplit sa mission d’Église. «Pour comprendre l’École Catholique dans sa mission spécifique, il convient de prendre comme point de départ une réflexion générale sur l’institution scolaire et de rappeler qu’elle ne peut être école catholique si elle n’est pas d’abord école et ne présente pas les éléments déterminants d’une école».

«On ne peut pas ignorer que l’école instruit pour éduquer, c’est-à-dire pour permettre à l’homme de s’épanouir, pour le libérer des conditionnements qui pourraient l’empêcher de vivre en homme autonome et responsable. C’est pour cela qu’elle doit explicitement se fonder sur un projet éducatif qui tende à la promotion totale de la personne».

«Le caractère ecclésial de l’école est donc inscrit au cœur même de son identité d’institution scolaire. Elle est vraiment sujet ecclésial en raison de son action scolaire où “fusionnent harmonieusement la foi, la culture, la vie”».

2 – Offrir à tous et à chacun la possibilité de découvrir le Christ

«L’ouverture à tous» de l’établissement catholique doit se conjuguer avec la capacité de l’établissement à faire retentir la Bonne Nouvelle de l’Évangile, en lien avec un vécu qui s’y ressource. Le Texte national pour l’orientation de la catéchèse en France, élaboré par la Conférence des évêques de France, souligne la place importante des divers lieux de vie, et en particulier l’enseignement catholique, dans la «première annonce». «Une première annonce donne à entendre ce qui fait vivre les croyants, selon la pédagogie même du Christ qui sans cesse s’approche, rencontre, cherche la relation, appelle à la conversion et à la foi».

L’école catholique est un lieu où une «première annonce» de l’Évangile doit être explicitement adressée à tous, dans le respect des convictions de chacun, et sans préjuger de la réponse. Cette première annonce exige la présence de jeunes et d’adultes qui vivent de l’Évangile et acceptent de témoigner de leur foi.

3 – Mettre à la disposition de tous ceux qui le désirent les moyens adaptés pour grandir dans la foi

Un établissement scolaire ne peut certes pas répondre à tous les besoins spirituels et religieux. Néanmoins, chaque communauté éducative se doit de rechercher et de repérer les différents besoins : catéchèse organisée, demandes sacramentelles, célébration eucharistique, groupe de lecture d’Évangile, temps forts communautaires occasionnels, groupe de travail sur l’enseignement social de l’Église, actions caritatives, etc. En lien avec les orientations diocésaines, et – dans le cas des établissements congréganistes – avec les orientations ou initiatives du réseau congréganiste, elle y répond :

  • en organisant au sein de l’établissement des propositions variées de formation chrétienne pour répondre à la diversité des publics et des attentes ;
  • en indiquant dans l’établissement et en orientant vers les possibilités qu’offrent les autres services et mouvements d’Église ; – en élaborant, chaque fois que cela est possible, des propositions communes avec ceux-ci.

4 – Insérer l’établissement catholique et ses activités dans la vie de l’Église locale

L’établissement scolaire n’est pas une unité indépendante de l’Église locale ; il participe de la communauté chrétienne paroissiale et diocésaine. C’est pourquoi il importe que les activités pastorales organisées au sein de l’établissement le soient toujours en lien étroit avec l’Église locale.

Cela est particulièrement nécessaire lorsqu’il s’agit de la catéchèse organisée, du catéchuménat et des demandes sacramentelles. De plus, l’information donnée par l’établissement sur les propositions paroissiales, diocésaines ou autres, et le développement d’activités communes manifestent concrètement la communion ecclésiale.

Processus d'Evangélisation

Les langages de la pastorale

Nous nous apercevons parfois qu’entre le langage ecclésial et celui des jeunes il existe une distance assez difficile à combler, même si les expériences de rencontre féconde entre les sensibilités des jeunes et les propositions de l’Église dans le domaine biblique, liturgique, artistique, catéchétique et médiatique ne manquent pas. Nous rêvons d’une Église qui sache laisser de la place au monde de la jeunesse et à ses langages, en appréciant et en valorisant sa créativité et ses talents.

 Nous reconnaissons en particulier dans le sport une ressource éducative proposant de grandes opportunités et dans la musique et les autres expressions artistiques un langage expressif privilégié qui accompagne le développement des jeunes.

L’éducation et les parcours d’évangélisation.

Dans l’action pastorale avec les jeunes, où il faut initier des processus plutôt que de posséder des espaces, nous découvrons avant tout l’importance de servir la croissance humaine de chacun et l’importance des instruments pédagogiques et de formation qui peuvent la soutenir. Entre évangélisation et éducation, nous percevons un lien génétique fécond qui, dans la réalité contemporaine, doit tenir compte de la progressivité des parcours de maturation de la liberté. 

Par rapport au passé, nous devons nous habituer à des parcours d’approche de la foi toujours moins standardisés et plus attentifs aux caractéristiques personnelles de chacun : à côté de ceux qui continuent de suivre les étapes traditionnelles de l’initiation chrétienne, beaucoup arrivent à la rencontre avec le Seigneur et avec la communauté des croyants par une autre voie et à un âge plus avancé, par exemple en partant d’un engagement pour la justice ou de la rencontre, dans des milieux extra-ecclésiaux, avec quelqu’un capable d’être un témoin crédible. Le défi pour les communautés est d’apparaître accueillantes pour tous, en suivant Jésus qui savait parler aux Juifs comme aux Samaritains, aux païens de culture grecque comme aux occupants romains, en saisissant le désir profond de chacun d’eux.

Document préparatoire synode des jeunes 2018

©2022 - Établissements catholiques d'enseignement de Champagne-Ardennes

Nous contacter

Laissez-nous un message !

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?